Jette Durable

Jette en Tram

Dossier Tram 9

Jette en Brique

Jette Mobile

Reconstruction de Kobamé

Point porté à l’ordre du jour à la demande de M. Annhari

L’Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-capitale a lancé un appel aux dons des communes pour aider à la recontruction de la ville de Kobané en Syrie.

L’AVCB a rencontré le Maire de Kobané car l’AVCB souhaite également agir dans les pays d’origine.

La résistance historique de Kobané est un acte de défense de l’humanité. Cette ville et ses habitants symbolisent la volonté de défendre les droits démocratiques et la lutte contre l’extrémisme religieux. A ce jour, Kobané n’a reçu aucune aide humanitaire officielle d’un Etat ou d’une organisation internationale. Le danger le plus grave réside dans le fait que le territoire est miné et empêche ainsi le retour des réfugiés. Les besoins de première urgence se situent dans les domaines scolaires et d’énergie ainsi que l’achat de tentes et structures médicales pour la reconstruction de cette ville dévastée.

 

L’AVCB se mobilise et veut sensibiliser les 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale pour soutenir Kobané et sa reconstruction.

Trois communes de la Région bruxelloise participent déjà à la reconstruction de cette ville (Bruxelles-Ville, Uccle, Woluwé-St-Lambert). Et ce sont près de 6000 euro qui ont déjà été promis pour l’ensemble de ces trois donateurs.

L’appel est toujours ouvert et l’objectif de l’AVCB serait de récolter avant le 31 mars 2016 au moins 20.000 euros.

Les conseillers communaux encouragent-ils la commune de Jette à participer à la reconstruction de Kobané en Syrie ?

Que prévoit le Collège ?

Réponse de Nathalie De Swaef

La commune de Jette a bien reçu l’appel au don de l’AVCB. Un projet de rapport au collège a été rédigé par le service développement durable en octobre 2015 pour verser la somme de 1000 € à l’AVCB et participer au projet de reconstruction de Kobané.

Des contacts ont aussi été pris avec l’AVCB pour obtenir plus d’informations sur le projet, car l’échevine souhaitait un complément d’information pour pouvoir défendre ce dossier au collège : quel type d’aide humanitaire ? quelles assurances que cette aide soit utilisée au profit des habitants ? etc.

Ce complément d’information n’est jamais arrivé… aucune garantie n’est donc assurée à ce jour et l’actualité récente nous prouve qu’on avait raison de se méfier.

Kobané ou Aïn al-Arab est une ville du gouvernorat d'Alep, dans le nord de la Syrie, à la frontière turque. Sa population compte des Kurdes, des Arabes, des Turkmènes et des Arméniens .Elle a été envahie par l’Etat Islamique (EI) en octobre 2014. Des frappes aériennes, des tirs à l’arme lourde ont ravagé la ville. En janvier 2015, les kurdes sont finalement parvenus à repousser l’EI et à libérer Kobané. Kobané a donné l'occasion aux Peshmergas de démontrer leur valeur militaire, résistant à Daesh, là où l'armée irakienne a échoué.

Mais depuis le 13 février, on assiste à un regain de tension après des frappes turques visant des forces kurdesla Turquie estimant que les forces kurdes constituent un groupe terroriste.

La Turquie voit d’un mauvais œil ces progressions des forces kurdes sur le terrain syrien. Elle refuse que les organisations kurdes bénéficient d’une zone d’influence importante à sa frontière. Le président Erdogan avait d’ailleurs dénoncé mercredi dernier le soutien militaire des États-Unis  aux Kurdes, à savoir ses ennemis de Syrie.

Les projets de l’AVCB devraient donc peut-être être postposés…Le jour où la paix sera durable et où une reconstruction de la ville aura plus de chance de réussir. Rien n’est plus frustrant que d’avoir participé à un projet de construction, puis d’apprendre deux mois après que tout a été démoli par des bombes ! Par ailleurs, une commune bruxelloise n’a pas pour vocation réelle de faire de l’aide d’urgence, même si il nous est arrivé de réagir à des drames humanitaires.  Par contre nous travaillons sur le long terme avec des communes du sud du Maroc dont nous connaissons concrètement les besoins.